Il soulage les maux des chevaux
Ostéopathe équin : Hervé Staelen
Publié le mardi 05 juin 2012 à 07H11 - Vu 762 fois REIMS (Marne).
Hervé Staelen, ostéopathe d'astreinte sur le Jumping international, intervient auprès des cavaliers et des chevaux si nécessaire. Rencontre avec ce professionnel doublement compétent dans les coulisses du Jumping de Reims.
C'est l'un des trois professionnels d'astreinte sur le concours international officiel juniors et jeunes cavaliers de France (12-21 ans) qui a lieu en ce moment, et jusqu'au 10 juin, au parc de Champagne.
À l'inverse du vétérinaire et du maréchal-ferrant, c'est pour lui, comme pour les organisateurs, une première. Hervé Staelen, ostéopathe rémois, intervient sur demande auprès des cavaliers et de leurs montures. Il se sert de ses mains pour soulager les douleurs des hommes et les maux des équidés.
Sens de l'observation et manipulations
Ses techniques ? Les manipulations, les massages, les étirements musculaires, le K-Taping... Il décèle les tensions et les déséquilibres, les contractures, les œdèmes, les blocages articulaires, les entorses ou les tendinites et rétablit l'équilibre. « Une approche thérapeutique non conventionnelle efficace », assure Stéphane Rivière, responsable adjoint du centre équestre de Reims-Tinqueux. « Nous avons fait appel à Hervé une dizaine de fois. Je monte les chevaux avant et après et je peux vous dire que je vois une nette différence. »
Ce jour-là, Hervé Staelen examine Kim des Verrières, un cheval de compétition participant aux championnats de France. Bénédicte, sa cavalière, a remarqué qu'il ne trottait pas normalement et sautait de biais les obstacles. L'ostéopathe commence donc par observer le cheval marcher au pas puis au trot et en cercle pour voir s'il boite et pour « rechercher les restrictions de mobilité qui ont provoqué une douleur ou une compensation périphérique, qui a fini par engendrer une douleur. »
Puis, il s'approche et vérifie les articulations pour voir s'il existe un blocage. Il manipule le sabot du cheval comme on ferait tourner nos poignets sur eux-mêmes, pour s'échauffer ou les faire craquer. Il lève ensuite son membre postérieur. « Je suis en train de débloquer son rachis lombaire. ». La manœuvre est impressionnante : l'animal pèse tout de même entre 450 et 500 kg. Et comme Hervé Staelen vise juste, on entend la vertèbre se débloquer. Il s'avance à présent au niveau de la tête du cheval et l'aide à l'orienter vers l'extérieur. Puis demande à sa cavalière de le faire de nouveau trotter pour voir s'il est débloqué. Le praticien d'expliquer que « malheureusement, en France, on est encore beaucoup dans le curatif et pas dans le préventif ».
Poursuivre les exercices
Cette fois-ci, il soulève la jambe de l'équidé et la tire, la tend vers l'avant pendant que la cavalière tire sur la corde pour obliger sa monture à avancer. L'animal déséquilibré se réceptionne plus durement sur le sol. « L'onde de choc provoquée permet de déverrouiller le garrot », éclaire l'expert.
Kim multiplie ainsi les différents exercices. « Cette jument souffre de l'épaule gauche, a un problème cervical et lombaire. »
À l'issue de la séance de 3/4 d'heure, Hervé Staelen prodiguera quelques conseils d'étirements et d'assouplissements à Bénédicte. « Il arrive parfois que ce soit des exercices comme galoper à droite, exécuter une épaule en dedans ou encore une extension de l'encolure. » Kim sera ménagée 24 ou 48 heures avant de reprendre son activité normale.
Lélia BALAIRE
Photos Aurélien LAUDY
L'union l'Ardennais